Magie et les méthodes d’équitation « éthologique »

22062009

Magie est une froussarde, je l’ai déjà dit. Alors, depuis que je lis des textes, des témoignages, et que je regarde plein de petits bouts de films sur les méthodes d’éducation dites « naturelles » ou “éthologiques” (basées sur l’observation des chevaux entre eux), j’ai pensé que les appliquer sur elle ne pourrait pas lui faire de mal. J’ai donc fabriqué un “rideau” avec une cordelette et de la bande de chantier, j’ai récupéré des espèces de palettes très solides, j’ai retrouvé un vieux parapluie qui s’ouvre tout seul quand on appuie sur un bouton, et j’ai concocté des petites séances pour Magie.

D’abord le rideau. Je l’ai montré à Magie quand elle était à l’attache et elle s’en est foutue. Je l’ai pris en boule sous le bras en tenant Magie de l’autre main pour aller dans la carrière et elle s’en foutait. Je l’ai attaché entre deux chandeliers en tenant toujours Magie et elle attendait tranquillement. Je lui ai montré le rideau installé et je lui ai fait sentir, et elle le regardait bouger avec le vent, sans s’inquiéter. Puis, j’ai emmené Magie à l’autre bout de la carrière et je m’apprêtais à revenir vers ce rideau apparemment inoffensif, quand soudain, elle l’a vu bouger de loin. Elle a fait un bond en arrière, j’ai cru qu’elle m’arrachait la longe des mains ! Puis elle s’est mise à ronfler en regardant le monstre rouge et blanc et il m’a fallu du temps pour la rassurer avant de pouvoir nous en approcher de nouveau. Elle l’a bien regardé, flairé, et patiemment, en m’aidant de quelques bonbons pour chevaux, j’ai fini par la convaincre de passer dessous sans broncher, dans le sens du vent, puis face au vent, avec les lanières qui venaient vers elle. Maintenant, elle peut même avancer puis reculer dessous, sans crainte. En tous cas, cette expérience montre que si pour nous, un rideau de lanières est un ridea u de lanières, qu’il soit près, loin, de face ou de profil, pour Magie, le rideau qu’elle a sous le nez et qu’elle flaire pendant qu’on le manipule, ce n’est pas du tout la même chose que le rideau qu’elle voit tout à coup bouger de loin, dessinant une forme étrange et inquiétante. Dès la deuxième fois où je lui ai fait le coup du rideau, c’était comme si elle l’avait fait toute sa vie. J’avais un témoin qui a pris plein de photos, parce que c’est quand même plus « parlant » que des mots (bizarre, non ?). Magie avait un peu les yeux gonflés, parce qu’elle a fait une allergie aux moucherons, ou au pollen, je ne sais pas trop.

L’approche:

pic1735.jpg

Le passage:

pic1778.jpgpic1736.jpg

Dans l’autre sens:

pic1738.jpg

Et même au trot:

pic1807.jpg

Fortes de cette expérience, nous avons tenté les planches (c’est surtout moi qui voulais, Magie, elle fait ça parce qu’elle est sympa avec moi).

L’approche:

pic1795.jpg

C’est complètement différent du rideau. Là, ça ne fait pas peur du tout, tant qu’on ne doit pas mettre le pied dessus. Dès qu’on l’y met, ça résonne et ça ne semble pas très sûr comme appui.

On pose d’abord un pied, pour tester:

pic1797.jpg

puis les deux:

pic1799.jpg

Et puis il faut continuer:

pic1802.jpg

Et voilà, c’est fait !

pic1803.jpg

Et même en “liberté” (surveillée):

pic1841.jpg

Je n’ai pas de photos pour le parapluie, parce que je n’ai pas toujours un photographe sous la main. Mais croyez moi si vous voulez, depuis que je lui ai fait faire ces exercices (trois fois pour le rideau, deux pour les planches et le parapluie), elle est bien plus calme dans la carrière. Il y a une haie sur un petit côté qui lui faisait peur (bruit et mouvement des branches avec le vent, des trucs qui se passent derrière ou des oiseaux qui s’envolent soudain quand on passe devant). Parfois elle refusait de passer devant et il fallait vraiment insister et alors elle faisait des pas de côté sur toute la longueur de la haie pour surveiller le monstre, d’autres fois, elle faisait demi tour et se barrait à l’autre bout de la carrière, d’autres fois enfin, elle démarrait subitement dès qu’elle avait la haie dans le dos, pour s’en éloigner au galop si possible. Eh bien autant Maëly que Lou ont été surprises de son calme depuis que nous avons fait ces exercices ! Même plus peur de la haie, ou presque !

Pour continuer sur le travail à pied, je n’ai pas commencé par ça, en fait. J’ai commencé par lui demander de pousser ses hanches (elle le fait trop bien maintenant, dès que je fais le bruit du bisou à côté d’elle), ses épaules (c’est plus difficile, surtout vers la droite), de reculer en touchant son poitrail du bout des doigts, de donner sa tête sur le côté en tendant la corde du licol… En fait, pour tout cela, je ne peux m’empêcher de lui parler. Je ne suis pas un cheval et je ne vois pas pourquoi mon chien m’obéirait à la voix et pas mon cheval. Je réserve le bruit du bisou pour les hanches, et je lui dis “épaules”, “recule” ou “donne ton nez” en même temps que je mets la pression pour les autres parties. J’ai même essayé déjà de la faire reculer en lui tirant sur les poils de la queue et en lui disant “recule”. Ca a déjà marché, mais on ne peut pas dire que ce soit acquis !

En réfléchissant aux problèmes posés par Magie, je me rends compte qu’elle est un peu trop “envahissante”, même si elle ne me bouscule plus jamais y compris quand elle sursaute et qu’elle fait un écart (je lui ai signifié que ça ne me plaisait pas du tout en levant le bras vivement et en l’engueulant les quelques fois où elle l’a fait). J’essaie donc maintenant de la faire bouger sans la toucher, ce qui ne m’est pas facile. En copiant sur un petit film vu sur le web, je lui fais le signe du “non” avec le doigt pour la faire reculer (en lui disant aussi “recule”, c’est plus fort que moi). Bon, on en est aux débuts, ça marche… parfois et encore, c’est juste un début de pas, mais ça viendra.

“Recule !”

pic1760.jpgpic1761.jpg

“Ouiiii, c’est bien !” (c’est pas mal, disons)
“Reste !”, ça marche beaucoup mieux:

pic1771.jpgpic1772.jpg

Elle me surveille, quand même ! Et “Viens !”, ça marche encore mieux, évidemment !

pic1750.jpgpic1752.jpg

Et voilà, ça me plait bien de faire tout ça avec elle, et elle, ça ne la fait sûrement pas plus suer qu’une séance de longe ou montée (et elle est plus vite préparée que quand je la monte !). Quand je suis en confiance sur sa propension à me suivre, je tente les déplacements en liberté.

pic1829b.jpg

Je lui attache la corde autour du cou, quand même, parce qu’une fois, elle en a profité pour se barrer dans le champ à côté ! Elle m’a quand même fait plaisir, parce que, une fois arrivée au bout du champ (et près d’une route, en même temps), elle a hésité, et quand je l’ai appelée, elle est revenue vers moi au galop ! Merci, mon petit cheval des steppes !







Club de Plongée de Grandson |
Le 2 Site Officiel Sur De T... |
apprendrelescartes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | le scrap de mag
| RUSTY presente DJ et DRAGON...
| HIPPODROME DE L'ATLANTIQUE